Pêche

Présentation du secteur

  • Le Maroc est doté d’une richesse et diversité biologique et halieutique exceptionnelle..
  • Ces ressources halieutiques englobant près de 500 espèces dont 60 font l’objet d’une exploitation.
  • Répartie sur l’ensemble du royaume. Elle est essentiellement concentrée en Atlantique centre et sud. Les petits pélagiques constituent l’essentiel de la ressource (+ de 80% des captures en volume).
  • L’industrie de transformation et de valorisation des produits de la pêche au Maroc traite près de 70% des captures de la pêche côtière et exporte environ 85% de sa production sur une centaine de pays dans les cinq continents.

 

CHIFFRES CLÉS

L’aquaculture au Maroc, une activité en pleine développement en parallèle avec la pêche classique.

Aquaculture en chiffres (2016):

  • 21 fermes aquacoles
  • Production d’aquaculture marine 470 T (dont 289 T en d’huitres et 181 T de Bar européen )
  • 200 emplois a plein temps

Offre Maroc

STRATÉGIE SECTORIELLE :   Stratégie Halieutis

De gros budgets pour insuffler une nouvelle dynamique au secteur halieutique à travers le lancement du plan HALIEUTIS en 2009 par sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Cette nouvelle stratégie ambitionne  d’assurer la durabilité et la compétitivité du secteur. Objectif :  atteindre une production de 200.000 T à l’horizon 2020 avec l’ambition d’arriver à 11% de la production halieutique totale, qui devrait atteindre près de 1,75 millions de T à l’horizon 2020 .

 Objectifs

  • Valoriser de façon pérenne la richesse halieutique marocaine
  • Renforcer la contribution du secteur à l’économie nationale en triplant presque la valeur ajoutée halieutique pour la faire passer de 8,3 milliards de dirhams en 2007 à 22 milliards de dirhams en 2020 ;
  • Porter le nombre des postes de travail à terre employés par l’industrie et l’aquaculture de 61 650 à 115 000 et celui des emplois indirects de 488 500 à 510 200, à l’horizon 2020
  • Réduire de moitié le poids de l’informel pour le ramener à 15% du chiffre d’affaires du secteur
  • Porter la valeur des exportations des produits de la mer à plus de 3,1 milliards de dollars contre 1,2 milliards de dollars en 2007
  • Relever le volume de la production halieutique de 1,035 million de tonnes actuellement à 1,6 million de tonnes avec un effort particulier pour le développement de l’aquaculture
  • Encourager la consommation nationale du poisson pour la porter de 10 kg/an /habitant en moyenne actuellement à 16/kg/an/habitant.

Source : AMDI